Exposition

La galerie du Victoria Hall est fière de présenter les œuvres de Sara Colby. Venez rencontrer l’artiste et la conservatrice Victoria LeBlanc le mercredi 14 mars à 19 h.

Lundi au vendredi 10 h à 21 h
Samedi et dimanche 10 h à 17 h.

Info : 514 989-5521.

L’intérêt marqué de Sara Peck Colby pour la représentation de la nature par la peinture est manifeste dans ses œuvres discrètes, mais magistrales, qui remplissent la galerie – plus de 30 œuvres, de tous formats. Quelle que soit la saison du paysage peint, un mélange omniprésent d’intimité et de plaisir pour les yeux se dégage de chaque toile, rappelant à l’observateur la beauté parfois austère, parfois luxuriante de la nature.

Mme Colby interprète visuellement le paysage québécois depuis plus de 40 ans. Bien qu’elle vive et travaille à Montréal, ce sont ses incursions dans la forêt et les collines ondulées de la province qui lui inspirent ses œuvres.   Malgré les changements de couleurs, de saisons et d’ambiances, l’artiste recherche un vocabulaire visuel plus fondamental et récurrent – des étendues qui attirent l’œil au-delà de la toile, des motifs et des textures d’arbres et de champs et le tissage rythmique de ces éléments en une esthétique peaufinée. Elle délaisse constamment les détails au profit des formes sous-jacentes : c’est d’ailleurs la « chorégraphie abstraite des formes » de la nature qui l’inspire.

L’artiste utilise les motifs et la perspective pour créer à la fois l’intimité et la distance. Dans des œuvres de grand format comme Blue Trail, le solide rendu de la perspective de la route nous envahit avec les riches couleurs bleu violet qui viennent vers nous, tout en attirant notre regard le long du long sentier étroit qui disparaît loin dans le tableau. Même dans une œuvre de petit format comme Opening Fields, les stries vertes et ocre qu’on aperçoit à travers la neige persistante se déplacent à nouveau de façon rythmique vers nous (elles semblent pénétrer dans l’espace de l’observateur), tandis que les branches gris vert filigranées des collines au loin reculent vers le bord supérieur de la toile. Cet effet de profondeur et de grande proximité simultanée, caractéristique des œuvres de Mme Colby, est le fruit d’une longue observation et d’une large compréhension de la composition, de la couleur et des tons. Ces œuvres sont donc à la fois des paysages réalistes et poétiques et des conceptions abstraites bien élaborées. Elles procurent un plaisir esthétique sur les deux plans.

Sara Peck Colby a étudié au Musée des beaux-arts de Montréal, où elle fut l’élève d’Arthur Lismer (1965-1968), à la Banff School of Fine Arts (1967) et à la Byam Shaw School of Art à Londres (1969). L’artiste, qui a d’abord présenté ses œuvres à Montréal au début des années 1970, a pris part à de nombreuses expositions individuelles et collectives ailleurs au Canada ainsi qu’aux États-Unis. Ses tableaux font partie de plusieurs collections d’entreprises ainsi que de collections privées au Canada, aux États-Unis, en Angleterre, en France, en Italie et en Afrique du Sud.